News

«Le modèle classique du chef a fait son temps»

Stefanie Weber croit au changement de carrière, aux nouvelles structures de gestion et à la responsabilité personnelle. La nouvelle directrice des ressources humaines du groupe Swiss Life a ses propres idées sur la manière dont l'entreprise devrait être gérée.
18. mars 2020 Michaela Geiger

Dans un entretien accordée au Content Hub de swisslife.com, la nouvelle responsable Group HR chez Swiss Life Stefanie Weber explique comment elle voit le rôle des cadres actuels, quelles sont les répercussions du coronavirus sur le monde du travail et comment les changements de direction professionnelle ont marqué sa propre carrière.

Elle souligne l'importance de la flexibilité dans le monde du travail actuel: «S’engager sur une nouvelle voie thématique est aujourd’hui plus fréquent. Un tel changement de cap implique de repenser sa vie professionnelle», explique Mme Weber, qui s'est déjà réorientée à plusieurs reprises et a travaillé dans différents pays. Dans le cadre de l'initiative à l'échelle du groupe «Façonner activement la vie professionnelle», Swiss Life a lancé un certain nombre de mesures pour aider les gens à repenser leur carrière.

 

Rôle exécutif en tant que coach et mentor

La conviction «je suis le patron et je dis ce qui se passe» a «définitivement fait son temps», selon Stefanie Weber. Un manager actuel a plusieurs rôles en même temps, dont «surtout le rôle de coach et de mentor». Un bon manager doit être capable de bien coordonner, de créer le cadre nécessaire et de donner aux employés le degré d'autonomie nécessaire. Le patron, lui, est là lorsque des décisions doivent être prises ou qu'une intervention est nécessaire.

Le rôle des supérieurs est fortement influencé par la façon dont nous travaillons ensemble. Stefanie Weber pense qu'à l'avenir, les entreprises agiront encore plus fortement dans des réseaux d'équipes, même en dehors des projets.

 

Test de stress avec le coronavirus

Le coronavirus, qui est en train de est en train de bouleverser nos vies, montre à quel point il est important d'avoir une méthode de travail flexible. Stefanie Weber déclare: «En effet, le coronavirus nous oblige actuellement à changer notre façon de vivre. Cela vaut aussi pour la vie professionnelle. Les modèles de travail tels que le travail mobile et les moyens technologiques dont nous disposons nous offrent une flexibilité temporelle et spatiale. Cependant, nous n’avons encore jamais eu recours au travail mobile dans une telle mesure. L’important est que nous puissions exercer nos fonctions de la meilleure manière possible, en tout temps et en tout lieu. A cet égard, je qualifierais le coronavirus de «test de résistance» pour le monde du travail, un test qui exige de chacun de créer et d’utiliser des conditions-cadres optimales pour travailler et collaborer de manière flexible».

 

***

 

Stefanie Weber est entrée au service de l’ancienne Rentenanstalt en 1995 en tant que stagiaire. Depuis le début de l'année, elle dirige le secteur HR chez Swiss Life au niveau du groupe.


Webdesign by Multi Digital