News

Collaboration sociale - Des réseaux pour remplacer les hiérarchies

Comment réussir la transformation à l'ère de la disruption et de la numérisation? Le secret réside dans une coopération et une collaboration efficaces ainsi qu'une certaine souplesse dans la façon d'agir. Petit aperçu.
15. mars 2019 Michaela Geiger

«Nous» plutôt que «Je» et ensemble plutôt que seul. La mise en réseau technologique croissante a donné un nouvel élan au principe de collaboration. Dans de nombreux postes de l'économie et de la société, une collaboration accrue représente une tentative de réorganisation au sein d'un monde VUCA opaque. Les structures éprouvées vacillent à tous les niveaux face à de nouveaux concepts de travail et d'action commune susceptibles de mieux répondre aux exigences d'un monde de plus en plus complexe.  De nouvelles formes de collaboration en réseau d'égal à égal et d'apprentissage commun promeuvent également, sous l'appellation «collaboration sociale», des changements d'organisation au sein de l'entreprise.

Que signifie exactement la collaboration sociale? On peut d'abord la définir comme une nouvelle forme de gestion des connaissances au sein de l'entreprise, laquelle vise trois niveaux :

  1. Les outils – avec de nouvelles formes et de nouveaux outils de collaboration.
  2. Les hommes. Vous acquérez de nouvelles compétences dans la collaboration d'égal à égal, remplissez de nouvelles fonctions qui vous permettent d'assumer une plus grande responsabilité.
  3. L'organisation. Avec la collaboration sociale, les processus de travail changent et donc la culture de travail.

D'après Cindy Eggs, Product Owner pour la collaboration et le social learning au sein de Swisscom et directrice du cursus MAS Arbeit 4.0 de la Haute École Spécialisée à Distance Suisse (FFHS), «on ne peut prendre les différentes mesures vers la réussite qu'en couvrant et en s'accaparant ces trois niveaux».

 

De nouveaux outils modifient la culture de travail

Internet, les smartphones, le cloud : aujourd'hui on peut mettre en place une réunion en ligne, intégrer rapidement un support vidéo et donc partager son bureau à travers le monde. Mais le développement est loin d'être terminé. La réalité virtuelle, les technologies tactiles, les imprimantes et scanners 3D ou encore les assistants numériques vont encore révolutionner la collaboration au quotidien dans les affaires. Aujourd'hui, grâce à de nouvelles technologies de communication, les collaborateurs travaillent ensemble par-delà les frontières sur des projets, communiquent en temps réel par vidéoconférence ou modifient simultanément des documents. Les outils de communication soutiennent la collaboration mobile.

Les nouveaux réseaux sociaux pour entreprises (enterprise social networking) s'appellent par exemple Slack, Share Point, Google Drive, Cisco Spark ou encore Circuit. Ils sont conçus pour organiser la collaboration de manière plus efficace et pour économiser du temps – le tout dans un contexte de dynamique croissante de l'économie avec des cycles d'innovations plus courts et de nouveaux concurrents plus difficiles. Capacité d'adaptation, flexibilité et efficacité sont indispensables pour pouvoir réagir.

La collaboration sociale gagne ainsi en importance en tant qu'élément stratégique de la transformation numérique. Ce qui confirme la nouvelle étude suisse sur la collaboration sociale (2018). Les résultats montrent que grâce à la collaboration sociale, les collaborateurs peuvent effectuer leurs tâches avec une plus grande efficacité et l'utilisation encourage l'innovation au sein de l'entreprise.

Selon les données collectées et analysées par le cabinet de conseil Campana & Schott en partenariat avec l'Université technique de Darmstadt, les outils numériques comme Enterprise Social Networks et le travail au sein du cloud modifient la structure de travail. Leur acceptation augmente et ils remplacent de plus en plus souvent la recherche d'informations par téléphone ou par un «e-mail à tous».

 

Priorité pour les collaborateurs et la collaboration

Qu'attendent les entreprises de l'utilisation de la collaboration sociale? En tête de la liste des principaux objectifs, on trouve d'après l'étude sur la collaboration sociale le développement de la structure de l'entreprise. Vient ensuite en le renforcement de l'innovation, et en troisième place la réduction des coûts. En introduisant des solutions de collaboration sociale, les entreprises veulent donc avant tout faire progresser la transformation numérique au sein de leur propre organisation.

Selon une étude du Boston Consulting Group (BCG) –  «Les entreprises flexibles sont plus performantes sur le plan économique» (2017) – une méthode de travail flexible dans l'environnement numérique se trouve aussi parmi les principaux facteurs de succès global économique. Ainsi 40 % de l'ensemble des entreprises flexibles enregistrent des marges et taux de croissance supérieurs à la moyenne. D'après l'étude BCG, les entreprises coopératives augmentent leurs chances de réussite de 36 %, tandis que les entreprises qui misent moins sur la collaboration enregistrent un succès de seulement 23 % supérieur à la moyenne. Par ailleurs, une culture d'entreprise coopérative augmente la motivation et la satisfaction des collaborateurs.

La flexibilité se caractérise essentiellement par une approche de la convergence par étapes, laquelle permet un feedback rapide. Il est ici fondamental d'avoir des équipes qui transcendent les fonctions. Des groupes de travail interdisciplinaires remplacent les divisions fonctionnelles et séparées. Des experts de différents domaines de l'entreprise, comme du marketing ou de la vente, travaillent en collaboration. Le dialogue permet l'échange de connaissances. L'accent est mis sur des répartitions claires des tâches et des circuits décisionnels simples. Par conséquent, l'importance des hiérarchies diminue.

 

 

 

 

 

 

 


Webdesign by Multi Digital